Tout a commencé par un like Facebook sur mon flux d’actualité. Un de mes amis venait d’aimer une publication qui m’a intriguée.

youtube jhon rachidJ’aime bien les gens gentils sur internet

Vous l’avez constaté sur mon blog, depuis plusieurs mois, je m’intéresse beaucoup à YouTube. Ce n’est pas un hasard. Depuis 2008, je consomme beaucoup de vidéos. Ça a commencé sur Dailymotion, ça s’est déporté sur YouTube et mes goûts ont évolué : au début j’étais accro aux « podcasts » – ces vidéos facecam tournées dans une chambre – et aujourd’hui je regarde un peu de tout – des conférences, des vidéos humoristiques, des webséries, des vidéos d’opinion, des lives, etc.

Je trouve cette branche de création sur internet P A S S I O N N A N T E. Malheureusement, je la trouve également très mal exploitée.

YouTube à la maison, à l’école, dans les assos

Comme je l’ai déjà écrit ici, les vidéos sur YouTube continuent à être perçues par les médias et la société comme des produits de loisir. Alors qu’elles sont bien plus que cela : elles sont parfois de véritables créations artistiques et professionnelles ; elles déterrent souvent des savoirs et des connaissances oubliées ou inaccessibles.

Dans le secteur éducatif, l’utilisation de vidéos pourrait faire des miracles pour raccrocher les jeunes. Et elles pourraient être utilisées à l’école, au collège, au lycée, à l’université, comme au sein d’associations d’éducation populaire (Céméas, Ligue de l’enseignement, Missions locales, etc.).

Maiiiis le chemin est long, avant que les éducateurs et éducatrices se saisissent de cette tendance. Voici donc 9 bonnes raisons (parce que 10 c’est mainstream) d’utiliser YouTube dans le parcours éducatif des jeunes.

1. On y trouve des vidéos de grande qualité

La plateforme revendique plus d’un million de chaines. Celles-ci abordent de nombreux sujets de façon très approfondie et avec des durées très diverses. On peut ainsi philosopher 9 minutes sur la notion de deuil numérique, tout savoir sur une éclipse solaire en 9 minutes 30,  découvrir la relique d’Aksoum en 5 minutes ou aborder la question de l’extrême droite en 30 minutes. Ou apprendre le sens de mots avec Jhon Rachid, comme il est question dans la publication au début de l’article.

Sur de nombreuses chaines à visée pédagogique, les contenus sont enrichis (avec des liens vers les sources) et les vidéos sont bourrées de références classiques ou contemporaines exploitables dans les programmes. Comme si ça ne suffisait pas, la réalisation est souvent professionnelle, efficace et imagée.

2. YouTube fait partie de la vie quotidienne des jeunes

Peut-on encore le nier ? Demandez aux jeunes autour de vous combien n’ont pas vu au moins une vidéo sur YouTube ces 6 derniers mois, vous serez supris.e du résultat. YouTube est devenu une référence populaire indispensable à la vie sociale des jeunes, plus encore que Facebook, Twitter, Instagram ou Snapchat. Pour preuve, une récente étude Ipsos menée sur les 1-19 ans révèle que la première fonction de l’ordinateur est de regarder des vidéos. La raison « Aller sur des réseaux sociaux » se retrouve ainsi toujours reléguée à la deuxième place.

Ipsos etude jeunes internet#MerciPasMerci pour les photos Shutterstock

Vous n’êtes toujours pas convaincu.e ? Pourtant 94% des 13-19 ans ont également avoué regarder des vidéos sur internet, alors que seuls 78% sont inscrits sur Facebook (contre 85% en 2013).

3. Les vidéastes ont des moyens que les pédagogues n’ont pas

3 mots : la technique, la documentation, le temps.

Les éducateurs et éducatrices sont souvent contraints de coller à des programmes, un planning et des méthodes pédagogiques qui ne respectent pas le rythme d’apprentissage des jeunes et ne permet aucune personnalisation. Laissons les professionnels de la vidéo faire leur travail… Et exploitons-le pour pallier notre manque de moyens !

4. Les vidéos permettent d’éduquer au numérique, à l’information et à l’image (en même temps !)

Et oui, YouTube, ce sont 3 types d’éducation pour le prix d’1. Visionner une vidéo en classe ou en atelier permet d’aborder de très nombreux sujets qui traversent notre société.

Éducation à l’image : comment appelle-t-on ce type de vidéo (websérie, facecam, etc.) ? Quelles techniques audiovisuelles sont utilisées (plan, angle, rythme de montage, etc.) ? Que cherche à susciter le ou la vidéaste en recourant à cette technique (empathie, indignation, etc.) ?

Éducation au numérique : quel contenu enrichi le ou la vidéaste propose ? Comment finance-t-il/elle sa vidéo ? Trouve-t-on de la publicité ? Comment communique-t-il/elle sur les réseaux sociaux ? Pourquoi cette vidéo plait-elle au public ?

Éducation à l’information : quel est le message global de cette vidéo ? Êtes-vous d’accord avec ce message et pourquoi ?

En bref, travailler directement sur ces vidéos en les contextualisant permet de prendre du recul vis-à-vis de certains discours et donc de développer l’esprit critique. C’est aujourd’hui primordial pour deux raisons :

5. Les jeunes aiment le pair à pair

On se sent souvent plus à l’aise avec des personnes qui sont de la même tranche d’âge que nous. Les vidéos populaires sur YouTube ont toutes pour point commun de rendre son créateur ou sa créatrice très accessible. Les jeunes s’identifient plus rapidement aux situations, ils partagent le même référentiel et amalgament donc mieux les savoirs qui y sont diffusés.

6. Les vidéastes sont doués pour raconter des histoires

C’est comme les profs, certains sont particulièrement bons, d’autres moins… Mais ceux qui savent mettre en mots des concepts compliqués méritent qu’on les partage. Personnellement, je trouve les présentations de DATAGUEULE très inspirantes.

7. Les vidéos sont un formidable outil de formation continue (pour tout le monde)

L’éducation est en pleine mutation. Les éducateurs et éducatrices se demandent au quotidien comment désintéresser les jeunes de leur smartphone. Les pédagogues ne sont plus en position de diffuser des connaissances. Je suis persuadée que les enseignant.e.s et animateurs.rices vont de plus en plus devoir apporter une méthodologie et une curiosité aux jeunes afin qu’ils mettent à jour d’eux-mêmes leurs connaissances, en développant leur esprit critique.

Et oh, tiens, ça créé des situations dans lesquelles les élèves apprennent des choses aux profs. Selon moi, l’éducation ne doit pas être descendante, elle doit être un espace de dialogue, de co-construction et d’échanges. Ce fonctionnement est plus épanouissant pour tout le monde. Et c’est ce que permettent les vidéos pédagogiques sur YouTube.

8. YouTube permet de se mettre à la pédagogie de projet

J’aime la pédagogie de projet. Je ne suis qu’amour pour la pédagogie de projet. Transdisciplinaire, je la trouve bien plus incluante que la pédagogie traditionnelle qui nous est tartinée de la primaire au doctorat. Elle permet aux apprenant.e.s de pratiquer, de construire les connaissances qui leur seront utiles et elle donne un sentiment de satisfaction inégalable lorsque le projet arrive à son terme. Bref, je ne comprends pas que l’apprentissage par la pratique ne soit pas plus développé en France.

Avec les vidéos, les pédagogues peuvent imaginer de nombreux projets qui ne demandent pas nécessairement beaucoup de matériel. Une vidéo prototyping peut par exemple être réalisée avec un simple smartphone, des ciseaux, des feutres et des magazines.

9. Les jeunes n’attendent que ça

En deux heures, j’ai explosé mon record de retweets avec ça :

Capture d’écran 2015-05-14 à 14.19.04

Et oh ça alors, plein de jeunes qui retweetent

Demandez aux jeunes autour de vous ce qu’ils en pensent. La réponse sera unanime.

Alors. On s’y met quand ?

Vous avez trouvé ce point de vue intéressant ? Partagez-le !