CategoryJe divague : vague

Le Pen ou Macron : il y a une chose qui ne changera pas

J’ai ouvert ce blog en 2011, alors que la campagne opposant Nicolas Sarkozy et François Hollande battait son plein. À l’époque, Le Pen n’était pas une option. À l’époque, peu de gens de ma génération s’étaient passionnés pour les débats et l’élection.

D’ailleurs, on commenterait plus tard l’abstention des moins de 25 ans, leur désengagement et on passerait le quinquennat à se demander comment réinvestir cette population dans le débat public.

La campagne 2017 a réveillé les espoirs de jeunes

La campagne de 2017 a complètement changé la donne. Jamais je n’ai vu un tel engouement de mes proches pour défendre un droit fondamental, celui de voter ou au contraire, celui de s’abstenir. Jamais je n’ai senti une telle ferveur pour une personnalité – Jean-Luc Mélenchon – et un tel espoir qu’une société nouvelle et plus égalitaire découle de ces mois de bataille.

Statuts Facebook, commentaires militants, affichage du symbole des Insoumis, partage d’articles et rédaction de tribunes ont rythmé ces interminables semaines jusqu’au premier tour. Les débats étaient passionnés et passionnants et je souriais en repensant aux discussions inquiètes que nous avions un an plus tôt sur le prétendu désengagement citoyen. Des personnes que je n’avais jamais vu prendre part au débat public se sentaient concernées.

Voilà la démocratie que j’aime. Celle dans laquelle chacun•e trouve sa voie, celle dans laquelle chacun•e trouve sa voix.

Mais d’un coup d’un seul, le soufflé est retombé. Au premier tour, Jean-Luc est éliminé. Tout est espoir est perdu, et reclus, il ne prononce aucune consigne de vote.

Tu sais Jean-Luc, je t’en veux pour ça. Je t’en veux de n’avoir pas mesuré le désarroi dans lequel tu as laissé une partie de la jeunesse qui n’attendait qu’un homme pour faire sa révolution à elle. Qui n’attendait qu’un homme qui comprenne son désespoir face à des politiques qui semblent l’avoir abandonnée. Qui n’attendait que d’être guidée pour prendre la place qu’elle mérite dans la société, loin des angoisses de crise et de chômage dans lesquelles elle a baigné. Qui n’attendait qu’un homme pour construire la société de tolérance et d’égalité dont elle rêve depuis des années.

Mais je ne ressuscite pas ce blog pour t’engueuler Jean-Luc. Je le fais revivre pour porter un message à mes ami•es, les insoumis•es et autres engagé•es qui possèdent encore assez d’énergie et d’idéaux pour construire avec moi un monde meilleur.

Nous sommes tou•tes politiques

Mes petits potes, en quelques mois, vous avez fait vivre la démocratie plus que n’importe quel•le député•e ou ministre. Vous avez débattu, manifesté, rejoint des assos, bref, vous vous êtes engagé•es dans l’espoir d’améliorer votre quotidien et celui des autres.

Ne laissez pas cette énergie s’évaporer parce que votre cheval n’a pas gagné la course.

Continuez à vous engager à votre niveau pour qu’en 2022, le FN ne soit plus un danger pour la démocratie.

  • S’engager, c’est réduire sa consommation de viande et de poisson pour préserver l’environnement.
  • S’engager, c’est préférer son petit libraire à Amazon.
  • S’engager, c’est défendre les droits de chacun•e à vivre comme il ou elle l’entend, dans le respect des autres.
  • S’engager, c’est aller chanter dans une maison de retraite pour lutter contre l’isolement des personnes âgées.
  • S’engager, c’est faire des ateliers dans des prisons surpeuplées pour sortir les personnes incarcérées de leur quotidien morose.
  • S’engager, c’est adhérer à une AMAP pour lutter contre la grande distribution.
  • S’engager, c’est permettre à des femmes, des personnes racisées, des personnes non-valides de s’accomplir et de se projeter dans les rôles qu’elles méritent au même titre que les autres.
  • S’engager, c’est faire une maraude de temps en temps pour aider les personnes sans abri.
  • S’engager, c’est adopter un chat à la SPA plutôt qu’en animalerie.
  • S’engager, c’est soutenir moralement ou financièrement des projets qui améliorent le vivre-ensemble.
  • S’engager, c’est faire don de produits de première nécessité à des personnes réfugiées.
  • S’engager, c’est se renseigner puis voter pour le ou la député•e qui nous représentera après les législatives.
  • S’engager, c’est dénoncer les comportements qui attisent la haine de l’autre et de la différence.
  • S’engager, c’est proposer à cet•te ami•e triste de passer la nuit chez vous, pour le ou la réconforter.

Il y a des milliards de façon de s’engager qui n’impliquent pas d’urne et de bulletin et personne n’a le droit de vous juger pour vos choix de militantisme. Ce n’est d’ailleurs pas mon but : si vous n’avez pas l’énergie de vous engager, je le respecte. Je ne suis moi-même pas une citoyenne parfaite : mon quotidien n’est que tiraillements et contradictions entre mes valeurs et mes actions.

Mais je pense que nous sommes notre propre système représentatif et nous sommes tou•tes politiques.
Nul besoin d’être maire, député•e, ministre ou président•e de la République pour  améliorer notre vie et celle de nos proches. Cessons d’aduler des hommes et des femmes politiques qui n’apporteront que déception et frustration et continuons à débattre entre nous, continuons à ajouter nos petites gouttes dans cet océan vers une société meilleure. Prenons soin de nous et de celles et ceux qui nous entourent… pour ne plus attendre 2022 comme une solution providentielle.

Sur ce, je vais voter.

Vous avez trouvé ce point de vue intéressant ? Partagez-le !

Comment avoir confiance en soi quand on est une femme ?

Demain, c’est la rentrée. Pour moi, les vacances et les nouveaux départs sont autant d’occasions de programmer de mini introspections. À quelle étape de ma vie suis-je ? Qu’est-ce qui va bien ? Qu’est-ce que je peux améliorer ?

Cette étape pourrait être une source infinie de bonnes vibes mais elle se transforme vite en grosse source de stress.

peur

Quand on me dit : « Cette année va être pleine de défis ! »

Lire la suite

Vous avez trouvé ce point de vue intéressant ? Partagez-le !

Ces blagues auxquelles je ne ris plus en soirée

En soirée, il y a toujours un moment où j’en viens à entendre un.e parfait.e inconnu.e sortir une blague bien lourde qui joue sur la stigmatisation d’un groupe de personnes. Avec le temps, je suis devenue très sensible aux questions de genre et d’orientations sexuelles. J’avais déjà pour défaut de tiquer sur le racisme ordinaire (RT si ta mère est assistante sociale en banlieue parisienne) et les blagues beauf commençant par « c’est deux arabes sur une mobylette ». Ce qui fait de moi, « la meuf intello relou en soirée ».

Quand les gens voient que je discute de sujets sérieux en soirée Quand les gens voient que je discute de sujets sérieux en soirée

Lire la suite

Vous avez trouvé ce point de vue intéressant ? Partagez-le !

Rédiger une bonne lettre de motivation pour un service civique

true storyPendant mon année d’animatrice de réseau pour Animafac, j’ai eu l’opportunité de recevoir de nombreuses candidatures de volontaires en service civique. Or ce dispositif a la particularité de s’adresser à un public particulièrement peu formé à l’envoi de candidatures : les jeunes de 16 à 25 ans. Attention, les exemples qui vont suivre sont tirés d’histoires vraies.

Lire la suite

Vous avez trouvé ce point de vue intéressant ? Partagez-le !

Oups, on s’est gourés.

L’affaire du père nantais qui réclamait le droit de visite de son fils à cor et à grue a pris une tournure inopinée en quelques jours. Dans les médias, Serge Charnay, le papa « courage », qui méritait un « Faith in humanity : restored » est soudainement redevenu un homme faible voire dangereux, inculpé par le passé pour plusieurs infractions.

Il y a 4 jours sur Twitter, les réactions de soutien se sont accumulées, des réactions comme on en trouve pour toutes les grandes causes à défendre, l’amour d’un père pour son fils et mon-dieu-que-c’est-beau-j’en-pleurerais-presque.

tw

A titre Perso, tu es bien un mouton.

Lire la suite

Vous avez trouvé ce point de vue intéressant ? Partagez-le !

Mariage pour tous : stupeur et tremblements

Ca se passe en France en 2012 :

  • Alliance VITA argue : « Les religions reconnaissent que le couple composé d’un homme et d’une femme est le fondement de la famille, et offre le meilleur cadre pour accueillir et élever des enfants. » Pourtant, les études s’accordent à dire que les liens créés par des couples homosexuels sont plus solides que dans la majorité des couples hétérosexuels. Les enfants ne vont « pas plus mal, ni mieux ». Voir l’excellent dossier de Mediapart à ce sujet.
  • Le 18 novembre, Caroline Fourest et les Femen se font agresser lors de la manifestation Civitas. Des témoignages rapportent ailleurs des scènes de violence verbale et physique inouies.
  • Le 20 novembre, François Hollande cède à la pression de certains maires : « Les maires sont des représentants de l’Etat et ils auront, si la loi est votée, à la faire appliquer. Mais des possibilités de délégation [d’un maire à ses adjoints ndlr] existent, elles peuvent être élargies. […] La loi s’applique pour tous dans le respect néanmoins de la liberté de conscience. » Bien sûr, on posait les mêmes questions sur l’IVG. Mais être maire, ce n’est pas un métier. C’est un mandat de la République.
Vous avez trouvé ce point de vue intéressant ? Partagez-le !

Le service civique : pour qui, pour quoi ?

En discutant avec plusieurs jeunes (ou moins jeunes), j’ai réalisé que le dispositif du service civique était très peu connu, et surtout méconnu en dehors du secteur associatif. Depuis le 1er octobre, et jusqu’au 30 juin, j’ai le statut de volontaire en service civique.

servicecivique-animafac.net

Lire la suite

Vous avez trouvé ce point de vue intéressant ? Partagez-le !

Election présidentielle : des jeunes désenchantés ?

La question est récurrente dans le milieu du journalisme jeune et de la campagne présidentielle : comment intéresse-t-on les jeunes à la politique ? Existe-t-il une recette miracle pour nous amener aux urnes ? A priori, non. Sinon, nous ne serions pas les plus grands abstentionnistes !

Si l’on prend l’exemple spécifique de cette campagne, il y a de quoi être dégoûté de la politique. Voilà 4 ans qu’on nous parle de crise. Qu’on nous fait rentrer dans le crâne que nous ne trouverons pas de boulot à la sortie de nos études, diplôme du sup’ ou pas. Qu’on nous représente dans les médias comme des jeunes violents / votant pour Marine Le Pen / brûlant des voitures / assistés / drogués et alcooliques / accros aux écrans. Le cocktail est plutôt détonant !

Lire la suite

Vous avez trouvé ce point de vue intéressant ? Partagez-le !

Perception des jeunes par les Français : aïe…

Les sondages de l’Observatoire de la jeunesse solidaire, mené par l’AFEV (Association de la Fondation Etudiante pour la Ville), sont toujours très attendus par les professionnels de la jeunesse.

En 2012, c’est encore un bon cru pour les clichés sur les jeunes, et plus spécifiquement sur les jeunes des quartiers populaires.

Si 75% des Français ont une image positive des jeunes en général, seuls 43% ont une vision positive des jeunes des quartiers populaires. Lire la suite

Vous avez trouvé ce point de vue intéressant ? Partagez-le !

Interview : 2012 est à vous, les jeunes et la politique

Mon projet de l’année, le blog « 2012 est à vous » que j’anime au nom de Jets d’encre avec letudiant.fr et Animafac, suscite un intérêt parfois inattendu. La semaine dernière, le Journal des Femmes m’a interviewé pour un dossier sur les ados et la politique, collé dans la catégorie « Maman ». 

Je trouve toujours très valorisant de pouvoir discuter  avec quelqu’un d’extérieur des objectifs du blog et de ma conception de la politique. Surtout quand ça permet de casser certains clichés. Comme souvent cependant, je regrette un peu les raccourcis qui ont été faits pour « gagner du signe », on m’attribue le concept des journaux scolaires comme « ateliers de démocratie » alors qu’il est copyrighté par Jacques Gonnet… Mais le fond y est, non ?

> L’interview du Journal des Femmes

Vous avez trouvé ce point de vue intéressant ? Partagez-le !

© 2017 Dans Mes Internets

Theme by Anders NorenUp ↑