CategoryMes pratiques de com

Animafac publie un guide pour
booster la communication
des associations étudiantes

Avec Laura, ma collègue community manager, c’est un petit peu notre bébé. Il nous aura fallu plusieurs mois pour écrire ce guide entre deux rushs, le fournir avec de nouveaux conseils, le blinder d’outils gratuits et accessibles.

C’est toujours très satisfaisant d’aboutir à la version finale d’une brochure. Rien ne remplace la joie de sentir le papier sous les doigts, d’en tourner les pages, d’en redécouvrir le contenu relu 2, 3, 5, 10 fois pour ne laisser passer aucune coquille.

Concrètement, vous y trouverez des astuces pour élaborer une stratégie de communication, développer l’image de marque d’une association et être immanquable sur les interwebs. Toujours avec nos deux principes phares : que ça ne coûte quasiment rien et que ce soit éthique.

Bonne lecture !

Vous avez trouvé ce point de vue intéressant ? Partagez-le !

Faire une campagne de com’ de rue propre et légale

Lors des deux derniers Week-ends au campus d’Animafac, j’ai eu l’occasion de former une soixantaine d’étudiants à une forme de communication qu’ils utilisent peu : la com’ de rue.

Des happenings, on en a imaginé des dizaines à Jets d’encre pendant les festivals de la presse jeune. L’objectif était alors de se faire remarquer et de passer un message. Réaliste ou déluré, peu importait ! C’est comme ça qu’un jour, je me suis retrouvée kidnappée par l’équipe des journalistes jeunes rhonalpins qui réclamaient que les franciliens s’agenouillent pour provoquer ma libération…!

Au vu de l’engouement de cette formation lors de ces deux derniers week-ends, voici un billet d’initiation à ce type de campagne de communication. Attention : ce billet n’est pas exhaustif et ne remplace pas une vraie formation ! Il donne cependant quelques clés pour comprendre cette méthode, ses implications et ses limites. Il compile également une série de conseils pour toutes celles et ceux qui voudraient se lancer.

Lire la suite

Vous avez trouvé ce point de vue intéressant ? Partagez-le !

Comment j’ai choisi la communication au féminin

Ça y est, je suis une adulte responsable. Je pensais pas que ça m’arriverait un jour, d’avoir ce poids qui repose sur mes épaules. Ah si, je me le suis déjà dit une fois, il y a 3 ans, quand j’ai adopté mon chat : « Bon Marie, déconne pas, t’es responsable d’un être vivant maintenant ». Rien à voir avec les animaux de compagnie de ma mère, hein, je lui laissais gérer tranquillement le choix du chenil pendant les vacances et les appointements vétérinaires. Voilà, la dernière fois où je me suis sentie responsable, c’était pour ça :

TianaGET ME FOOD HOOMIN

Il faut dire que les temps ont chanché. « De nos jours, c’est chacun pour soiiiiii« . Woh, Diane Tell, cette critique de la société basée sur l’individualisme quoi.

Alors voilà, avec mon chat, j’ai appris que ce n’est pas parce qu’on s’occupe de quelque chose de façon responsable et rigoureuse qu’on y trouve une quelconque gratification. « Oh, tu as changé ma litière parce que je suis un être incapable de nettoyer mes déchets tout seul ? Tiens, prends donc cette médaille/léchouille/ce ronron », n’a-t-elle JAMAIS dit.

Et bien quand on commence à intégrer de l’éthique et des valeurs dans son travail, c’est un peu pareil.

Lire la suite

Vous avez trouvé ce point de vue intéressant ? Partagez-le !

« Je ne suis PAS de la génération Y, et alors ? »

Trouvé sur Twitter au hasard d’une veille, cette tribune d’un jeune de 30 ans intitulée « Je suis de la génération Y, et alors ? » m’a interpellée. À l’heure où beaucoup (trop) se réjouissent de l’entrée dans le dictionnaire de l’expression « génération Y », je m’agace toujours autant devant cette stigmatisation de cette génération de jeunes de 15 à 30 ans. Particulièrement quand des « vieux » se positionnent en grands détenteurs de la vérité sur ces jeunes pressés, intéressés, fainéants et exigeants.

Cette expression, que les médias nous rabâchent de plus en plus, rassure des Français qui ont besoin d’étiqueter ces jeunesses si différentes. Comme toutes les représentations du monde, nous avons besoin de créer des cases qui simplifient toute la diversité contenue dans un groupe de personne, c’est limité, mais c’est humain. Pour autant, devons-nous accepter de nous faire systématiquement comparer à des jeunes tout juste sortis d’écoles de commerce et exigeant 3000€ de salaire net par mois ? Lire la suite

Vous avez trouvé ce point de vue intéressant ? Partagez-le !

© 2017 Dans Mes Internets

Theme by Anders NorenUp ↑