Chère Madame Jets d’encre,

Mon aventure avec toi s’achève ce jour. Depuis 3 ans, je t’accompagne pour porter ta bonne parole, ta conception de l’initiative jeune. On en a vécu des choses en 3 ans. Te souviens-tu de ce café de l’engagement ? Il ne m’a pas fallu beaucoup de temps pour comprendre que tu m’apporterais beaucoup, et que j’avais envie de militer à tes côtés pour promouvoir les lycéens, étudiants, jeunes de tous poils qui s’expriment dans leurs journaux.

Je t’ai rencontrée la première fois en 2006. Mon premier festival Expresso. À l’époque, tu faisais encore un confessional et tu n’avais qu’un animateur sur scène. J’aimais bien son nom, Jéronimo. Je suis revenue en 2007, habillée en paysanne pour « Dis Leur ! ». Tu nous as fait gagner un prix ces deux années, et surtout la reconnaissance du lycée. J’ai participé à deux réunions de ce que tu appelais le Rézo… mais on n’y était pas très nombreux.

Quand tu m’as incitée à relancer le Rézo Ile-de-France après mon voyage en Allemagne, je ne te cacherais pas que j’ai douté. Tu voulais que moi, toute seule, je réunisse des journalistes jeunes ? Mais non, tu ne me laisserais pas seule, je serai formée, accompagnée, encouragée. J’ai sauté le pas. Sans mandat, j’ai passé des coups de fil dans les lycées. L’Abordage, Le P’tit Luther, Quiproquo, Le Cheveulu, L’Inébranlable, Zeugma, Le Grain d’Sell, Prométhée, Le Héron Déplumé… Je les ai tous appelés. « Venez, on fait un goûter, vous pourrez échanger. » Au début, on n’était pas beaucoup. Puis avec le temps, de dix, nous sommes passés à 15, de 15 à 20, et de 20 à 25. Toujours cette fraicheur, cette joie de tous se retrouver autour de cookies et de Coca, même le dimanche après-midi à l’autre bout de Paris.

En 2010, tu m’as dit : « Vas-y, engage-toi ! ». Quoi, moi ? Mais je n’ai que 19 ans… « Peu importe, ici ce qui compte, c’est ta motivation ! » Me voilà membre de ton Conseil d’Administration. Cette année-là, on a fêté les 20 ans du droit de publication lycéen, on a visité Médiapart et on a même déchiré le Rézo Rhône-Alpes sur Expresso. (Chuuut, oui, on vous a mis la misère). Tu te rends compte de ce qu’on a accompli ? Même le Ministre de l’éducation nationale nous a (un peu) écouté pour la réforme du lycée…

Alors en 2011, quand tu m’as demandé de consacrer 24h par semaine au blog « 2012 est à vous ! », je n’ai plus hésité. Tu m’avais rendue confiante et compétente, j’étais impatiente de commencer. Le blog a été un succès, et tu sais, j’en ai même fait mon sujet d’études. Avec toi, j’ai compris que les jeunes étaient bien plus que des élèves et qu’ils n’aspiraient qu’à une chose : être écoutés. Je n’ai jamais cessé de croire que les journalistes jeunes que tu défendais si ardemment méritaient qu’on les aide dans les moments de galère, qu’on les forme et qu’on les relaie.

Si aujourd’hui je te quitte, c’est sans doute parce que tu m’as trop bien formée. Me voilà partie sous d’autres cieux, toujours pour défendre l’initiative jeune, mais auprès de ton partenaire Animafac. Mais tu sais, je ne serai jamais très loin. Je suis même sûre que nous avons encore des choses à vivre ensemble cette année toutes les deux. Je n’oublie pas que la cause des petits poneys ne saurait trouver meilleur écho que sur Expresso 2013, puisqu’il parait que politiquement, il y a eu du changement.

Chère Madame Jets d’encre… Tu m’as fait rencontrer des personnes formidables ces trois dernières années. Des journalistes lycéens spontanés et d’une grande intelligence. Des membres actifs indispensables qui gardent toujours leur sens de l’humour. Des vieilles encres moisies bienveillantes. Des délégués généraux aux qualités précieuses. Des chefs de Rézo déjantés dont l’odeur de campagne me manquera. Des membres du Bureau à qui il faut rappeler qu’ils ont déchiré cette année. Des administrateurs responsables et avec lesquels nous avons passé des soirées mémorables. Et heureusement que je ne te lis pas cette lettre en personne, parce que je crois que comme beaucoup d’anciens, j’aurais craqué !

Au revoir Madame Jets d’encre. Porte-toi au mieux, et que la force des bénévoles soit toujours avec toi !

Vous avez trouvé ce point de vue intéressant ? Partagez-le !