En m’impliquant dans l’association Jets d’encre, j’ai découvert peu à peu les problématiques réccurrentes auxquelles sont confrontés les journalistes jeunes, et de façon plus caractéristique encore, les journalistes lycéens.

Encadrés par la circulaire ministérielle 91-051 du 6 mars 1991 sur les publications réalisées par les élèves dans les lycées, les journaux lycéens ont depuis un cadre juridique éclairci et favorable au développement de cette presse alternative. La circulaire, modifiée en 2002, donne le droit aux lycéens (même mineurs) de prendre la direction de publication de leur journal et explicite que la relecture au préalable par le chef d’établissement (ou tout autre adulte de l’établissement) n’est pas obligatoire. Élaboré par Jacques Gonnet (le fondateur du Clemi) et l’avocat spécialisé Maitre Alain Weber, ce texte responsabilise les lycéens et leur rappelle que les seules limites à leur liberté d’expression sont le prosélytisme commercial, religieux et politique, en plus des délits de presse classiques prévus dans la Loi sur la liberté de la presse du 29 juillet 1881 (injure, incitation à la haine raciale, à la consommation de produits illicites etc.). 

Malgré la sensibilisation et les formations menées par Jets d’encre, la Vie Lycéene et le Clemi toute l’année, seule une rédaction lycéenne sur deux a connaissance de l’existence de cette circulaire (d’après l’enquête menée en 2010 par l’Observatoire des pratiques de presse lycéenne). Cette méconnaissance des textes par les élèves, mais aussi les personnels des lycées est à l’origine de censures (suspension de la diffusion du journal, relecture du journal avant publication, modification des articles par une personne extérieure) que les rédactions vivent souvent comme un mini traumatisme au sein du projet.

C’est sur cette problématique que portait mon mémoire de Master 1 d’Information-Communication à la Sorbonne Nouvelle, dirigé par Laurence Corroy, elle-même chercheuse spécialisée sur les questions de presse lycéenne.

Par chance, j’ai été poussée par ma directrice de mémoire à proposer un article à la revue éditée par le Centre d’études jeunes et médias, un groupement de chercheurs, fondateurs des « Cahiers francophones de l’éducation aux médias ». Le numéro 3 sur les jeunes et la politique est justement paru hier. J’y ai rédigé un article sur la censure dans les journaux lycéens et y ai co-réalisé deux entretiens de journalistes lycéens avec Isabelle Dumez. Un petit pas pour moi, un grand pas pour la reconnaissance des journaux lycéens comme dispositifs d’éducation pratique aux médias !

> Circulaire 91-051 du Ministère de l’éducation nationale sur les publications réalisées par les élèves dans les lycées
> Loi sur la liberté de la presse du 29 juillet 1881
> L’enquête de l’Observatoire des pratiques de presse lycéenne
> Le site de l’Observatoire des pratiques de presse lycéenne
> La presse des lycéens et des étudiants au 19ème siècle, Laurence Corroy
> Le site du Centre d’études jeunes et médias 

Vous avez trouvé ce point de vue intéressant ? Partagez-le !