Vivoice

C’est une initiative comme il nous est peu donné d’en voir. Ce matin, le groupe Vivendi, détenteur de Canal+, SFR, Universal, Activision et Blizzard (entre autres) invitait une série d’experts et un panel de jeunes à s’exprimer sur l’e-réputation, le respect filles-garçons et l’éducation aux médias à l’occasion du 10ème Safer Internet Day, le programme de la Commission européenne.

A la tribune de cette webradio exceptionnelle, Isabelle Falque-Pierrotin, présidente de la CNIL, Marie Derain, défenseure des droits de l’enfant, David Groison, rédacteur en chef de Phosphore, Sophie Jehel, maître de conférences et experte dans les questions de régulation, Gilles Bon-Maury, porte-parole du gouvernement, Divina Frau-Meigs, experte en éducation aux médias auprès de l’UE, de l’Unesco et du Conseil de l’Europe, Jean-Marie Charon, sociologue des médias, Octave Nitkowski, auteur du blog d’Hénin-Beaumont sur libe.fr à seulement 16 ans… entre autres. Jean Zeid, le journaliste es jeux vidéo de France Info animait les discussions.

J’ai été invitée par Pascale Thumerelle, chargée du développement durable chez Vivendi, à intervenir dans le 4ème débat « Parole aux jeunes » au nom de l’association Jets d’encre. 45 minutes de témoignages et un peu d’analyse, après 3 heures de discussion sur « le grand méchant Internet ». Le but de cette matinée était de dédramatiser les risques liés à Internet et de dégager les leviers que fournit le réseau. Pas facile de sortir de la facilité de l’énumération des dangers des réseaux sociaux, de la « naïveté » des plus jeunes devant les informations qu’ils diffusent, impossible de ne pas utiliser les mots « cibles » et « victimes » en parlant de ce public si spécifique.

Montée en 2ème TT (trending topic) français sur Twitter vers 11h, cette série de podcasts éphémère a au moins les mérites de ne pas reléguer l’éducation aux médias au seul champ de l’éducation nationale et de donner un espace de témoignages pour quelques jeunes éclairés. Ne parlons pas ici de représentativité, car il semble évident qu’Octave et moi ne l’étions pas. Impossible d’ailleurs de faire preuve de représentativité dès lors que l’on met des jeunes à la tribune, tant les réalités sociales et scolaires sont clivantes.

A cette occasion, j’ai pu revenir sur le blog « 2012 est à vous ! », le rapport des jeunes à la politique, le passage de leur expression du papier au numérique, l’anonymat sur Internet, l’utilisation d’Internet comme moyen de mobilisation…

Bon promis, la prochaine fois, je fais un effort sur mon tic de langage quand je suis stressée, et je remplace mes « euhhh » par des silences. Enfin, j’essaierai.

vivoice podcast

Vous avez trouvé ce point de vue intéressant ? Partagez-le !