Education aux médias

L’éducation aux médias : Gervereau et moi

Voilà 4 mois que mon affirmation « j’étudie le domaine de l’éducation aux médias » laisse mes interlocuteurs dubitatifs. Elle suscite à peu près les deux mêmes réactions que lorsque je parle de la presse jeune : un hochement de tête incertain ponctué d’un « ah oui » timide ou un silence sceptique suivi de l’angoissante question : « c’est quoi l’éducation aux médias ? »

L’éducation aux médias fait partie de ces champs dans lesquels il est indispensable d’avoir sa propre conception des choses. Pour certains, il s’agit d’enseigner à des enfants en utilisant les médias, pour d’autres, c’est le pendant d’une pédagogie permettant à l’élève de construire son esprit critique. D’aucuns citeront l’apprentissage du rapport à l’image, d’autres l’analyse des séries télévisuelles sur les jeunes… Qu’il est vaste, l’univers de l’éducation aux médias ! Sans doute aussi vaste que celui de la communication. Avec de l’informatique. Et de l’enseignement. Et du cinéma. Et de la politique. Et de la sociologie.

C’est bien ça qui m’attire le plus dans cette sphère : son ouverture. En témoigne la diversité des articles que l’on trouve dans la revue du Centre d’Etudes des Jeunes et des Médias, « Les cahiers francophones de l’éducation aux médias » : de l’analyse des fanfics d’Harry Potter à l’expression politique des lycéens dans leurs journaux, en passant par l’identité des jeunes sur Facebook, nous avons affaire à un océan de possibilités.

Le cours de Francis Barbey, directeur de l’Institut Supérieur de Communication de l’université de l’Afrique de l’Ouest, est peut-être l’un des plus concrets de mon cursus. Il propose plusieurs définitions de l’éducation aux médias et analyse les dispositifs mis en place en France pour répondre à cette demande (en l’occurrence, nous avons étudié l’exemple du CLEMI). Nous avons été évalué sur l’analyse d’une citation de Laurent Gervereau :

« Voilà le temps des programmes, des promesses, mais aussi celui de la réflexion. Alors, est-il encore admissible que nos candidats ne se soient pas rendu compte du basculement de civilisation en cours ? Aujourd’hui, sur le même écran, pour un enfant, un homme préhistorique est aussi actuel que Georges Bush. Jamais, depuis l’aube de l’humanité, nous n’avions subi un tel bombardement indifférencié d’images, un tel cumul, mêlant les époques, les civilisations, les supports. Cela pose évidemment des questions pour l’éducation des jeunes, pour le développement de la recherche et pour l’éclairage du citoyen. »

Notre objectif était de la discuter, en faisant ressortir notre approche personnelle de l’éducation aux médias. Limitée à 5000 signes, je me suis permis la fantaisie d’amener mon texte à 9000 caractères pour laisser transparaitre plus clairement ma position (que je trouve encore légère !). Voilà mon analyse : http://v.calameo.com/2.3/cviewer.swf?bkcode=0011441044bbde8363267&langid=fr

Et vous, comment concevez-vous l’éducation aux médias ?

Vous pourriez également aimer